Actualités récentes

Le PASC organise une visite de terrain à Meknassy au profit du réseau « Union inter- délégation SBZ »

Le point focal du PASC de Sidi Bouzid a organisé deux jours de visite de terrain au centre de formation professionnel au profit du réseau Union inter-délégation SBZ » et ce, les 10 et 11 novembre 2016.

Rappelons que le réseau «Union inter-délégation SBZ » a été créé sous l’égide du PASC au mois d’octobre dernier et est composé de 14 associations opérant dans divers secteurs de développement de Sidi Bouzid, avec pour objectif de :

  • Diffuser l’information, partager les bonnes pratiques et s’entraider.
  • Promouvoir et renforcer les actions inter associatives à l’échelle locale, régionale, nationale et internationale sur tous les niveaux.
  • Promouvoir les initiatives de mobilisation, débats et échanges avec les représentants de la société civile au niveau local, régional, national et international afin de diffuser les principes de la démocratie participative et la culture de la coopération.
  • Mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des institutions locales régionales au sujet des affaires publiques pour assurer la bonne gouvernance et le développement durable.

Durant ces deux jours de visite, le directeur régional de l’agence nationale de l’emploi et du travail indépendant, le staff régional de la GIZ et le représentant du projet initiative d’emploi en économie sociale et solidaire (IESS), ont accompagné les associations membres du réseau SBZ selon le programme suivant :

  • Visite du centre de formation professionnelle dans lequel 20 jeunes femmes rurales de Meknassy reçoivent un appui technique dans le domaine du tissage (production de tapis artisanaux) dans le cadre du projet «femmes autonomes » de l’association « Afak » et qui est financé par la GIZ,
  • Visite de l’atelier du bois d’olivier du centre de formation des métiers de Meknassy qui est considéré comme le plus important centre de formation et d’apprentissage du métier du bois d’olivier dans la région de Sidi Bouzid et du sud ouest.

Statistiques et état des lieux du métier du bois :

  • Le nombre d’entrepreneurs dans le secteur du bois d’olivier dans la région de Sidi Bouzid est de 25.
  • Ce secteur constitue un marché de travail de 299 employés dont 46.4% sont des femmes.
  • Le chiffre d’affaire varie et dépend de la taille de l’entreprise. Pour les petites entreprises il varie entre 20.000 et 120.000 DT / an ; pour les moyennes il atteint les 280.000 DT et enfin pour les exportateurs, il varie entre 800.000 DT et 1.300.000 DT/ an.
  • Le chiffre d’affaire total s’élève à 4.246.100 DT.
  • 66% du chiffre d’affaire total provient des sociétés exportatrices directement, 7% provient de la société partiellement exportatrice et 27% des sous traitants.

Description de la base des clients 

  • Les clients sont essentiellement de Sfax, Sousse, Hammamet et Nabeul et assurent presque la totalité des achats à l’intérieur du pays.
  • Quelques artisans vendent leurs produits directement aux grossistes de la région, eux-mêmes se chargent directement de l’exportation vers les marchés internationaux comme l’Italie, le Canada et même les Etats -Unis d’Amérique. La France constitue le principal marché pour ce produit.

Capacité de production 

  • Cette capacité dépend également de la taille des artisans, elle varie entre 20 tonnes pour les très petits artisans, 150 tonnes pour les entreprises moyennes et peut atteindre même 500 à 800 tonnes/ an pour les entreprises de grande taille et qui exportent directement.
  • La capacité totale transformée localement sur une année s’élève à 3602 tonnes (Source : artisans).
  • 1550 tonnes sont transformées par les entreprises totalement exportatrices soit 43 % de la quantité totale.
  • Le nombre d’articles est difficilement comptabilisé surtout chez les petits artisans.
  • La société partiellement exportatrice transforme presque 4% de la quantité totale.
  • Le reste des artisans transforment au total 53%.

Constats des principaux problèmes des principaux promoteurs/entrepreneurs

  • Peu d’ateliers appliquent un contrôle de la qualité à la réception de la matière première par méconnaissance ou bien par incapacité de maîtrise et mesure des paramètres de qualité.
  • Des difficultés au niveau de la commercialisation.
  • Mauvaise image des produits « made in Tunisia » à cause d’une qualité médiocre (mauvais séchage) délivrée aux acheteurs internationaux par certains exportateurs.
  • Manque de matière première.

Plan d’action

Un atelier de concertation rassemblant tous les acteurs impliqués dans le domaine ainsi que des membres du commissariat régional du développement agricole, sera organisé pour augmenter le quota du bois d’olivier consacré chaque année pour ces artisans.

download_img

Laisser un commentaire